Débattons #05 - Les compétitions internationales

Boycottage de la CDM 2022, le report de l’Euro 2020 à 2021, la CAN début 2022. La création de la Ligue des Nations, l’ouverture de l’Euro à plus de pays.

Il y a beaucoup de choses qui changent.

Vous regardez les matches d’éliminatoires / ligue des nations ? Ou alors vous vous concentrez sur les matches de tournoi ?

Les instances souhaitent mettre plus de matches et plus d’équipes pour générer plus d’argent, mais le calendrier n’est pas extensible et les joueurs ne sont pas des cyborgs.

Si vous deviez choisir une formule, qu’est-ce que vous feriez pour garder un rythme correct ?

Perso j’ai mis quelques match en fond que je finis par ne regarder que d’un œil distrait me préoccupant après plus par exemple des performances de certains joueurs .

Et je ne me leurre pas , je ne me ment pas je sais que je vais regarder en 2022 des matchs de la CdM et l’Euro avec plus d’assiduité ( suivant le temps à dispo )

Mais l’accumulation des matchs depuis le lockdown jusqu’à la fin de saison 22-23 va être énorme pour certains joueurs et niveau blessure ça va être la fête . Je ne parle même pas de certaines bouille qui vont en résulter .

Sincèrement je n’ai pas de solution pour contrer le pouvoir de l’argent , à part une baisse des audiences TV je ne vois pas , curieux de lire vos avis .

2 J'aimes

Sur ce sujet, c’est vraiment pas débile de l’envisager. Je vous recommande le Secrets d’info d’il y a 10 jours sur Mediapro, et qui retrace plus largement l’histoire de la diffusion TV et ses impacts pour le foot et les revenus des clubs, avec un gros focus, logiquement, sur la France. J’ai noté qu’avant même le Covid, il y avait bien, justement, le constat d’une baisse des audiences, et donc la fin actée de la course en avant lancée par la Ligue, et une inversion du rapport de force entre la Ligue et les diffuseurs.

C’est notamment ce constat qu’on peut trouver derrière l’idée d’Agnelli de proposer un service ou tu ne diffuses que les fins de match, et pas les matches entiers. Pour hallucinante et ubuesque que soit la proposition, il y a bien un diagnostic derrière, et un diagnostic qui inquiète en haut lieu.

Il n’y avait peut être pas de raison que la bulle explose « comme ça » (mais le Covid sera peut être un catalyseur), mais y a pas non plus de raison que la course en avant se poursuive sans fin.

EDIT : bim, H.S. au 2ème message, déso @Mog :biggrin:

Aucun souci pour le HS. J’hésitais à demander votre opinion sur les droits TV. Il y a tellement de choses à dire aussi.

(J’ai pas encore lu vos messages par contre)

Les matchs éliminatoires sont des plaies pour tout le monde. Le déséquilibre entre les nations les rend ennuyeux, et ce n’est pas les divers systèmes de repêchage, entre barrages et Ligue des Nations, ou l’ouverture des compétitions à plus d’équipes qui changent la donne.
De plus, ils ont la bonne idée de vampiriser 8 semaines (!) entre Août et Mai. Ils sont pour beaucoup responsables de la densité des calendriers. Les joueurs sont déchirés entre les intérêts des clubs et les intérêts de la FIFA/UEFA, des associations à but non-lucratif je le rappelle.
Tout le monde est perdant, d’autant plus quand des gros cons avides décident de créer des Ligues des Nations.

Prenons l’Euro : 24 équipes qualifiées, le nombre ridicule de 16 équipes va passer le premier tour et cela engendrera encore une fois un calendrier ubuesque. Il valait mieux passer à 32 équipes directement.

Voire même supprimer les éliminatoires. On peut qualifier directement les 32 meilleures équipes au classement FIFA ou Elo, voire en inventer un nouveau.
On peut aussi qualifier tout le monde (Plus simple pour le Mondial que pour l’Euro, vu que l’UEFA compte 55 membres) pour organiser des affiches à élimination directes pré-tournoi, ou faire toute la compétition en élimination directe. Cette solution a ma préférence, en permettant au monde entier de vibrer, au moins pour un match. Quel pied ce serait !

Tout ça favoriserait la qualité du football de club, en respectant les organismes des joueurs. Mais aussi la qualité des compétitions : avec moins de rassemblements dans l’année, mais un mois de plus pour se préparer avant les compétitions par exemple.
Elles en auraient bien besoin. Sur les 30 dernières années, mais encore plus sur les 10 dernières années, quelles sélections étaient réellement fortes ? Je vois la France en 2000, l’Italie en 2006 et l’Espagne en 2008. Pour le reste, c’est un festival de médiocrité avec des pics atteints par l’Allemagne en 90 et 96, l’Espagne en 2010 ou la France en 2018.

Pour une raison très simple : le calendrier ne permet pas à 90% des sélections d’arriver à la compétition avec un plan de jeu cohérent. Et à ce jeu, c’est toujours les équipes les plus minimalistes qui l’emportent. Cet Euro va encore être une belle cuvée dans ce sens : l’équipe de France est encore seule au monde, et devrait l’emporter facilement.

Tous les vainqueurs que j’ai cités se prendraient des roustes en Ligue des Champions. Est-il normal qu’il y ait un tel écart ? Est-il normal que l’on considère que sélectionneur et entraîneur soient deux métiers différents ? Avec moins d’éliminatoires, mais plus de temps de préparation, on verrait de vrais matchs en été et l’intérêt ne résiderait plus quasi-exclusivement dans l’ambiance, et le substitut de conflit inter-états que ça représente.

Capello demandait 100 jours pour mettre en place ses équipes dans chacun des clubs où il passait. Le Brésil de 1970 n’a été ce qu’il a été que parce qu’ils ont pu se réunir deux mois avant le début du Mondial.
Un mois de plus, et les coachs pourraient appliquer de vrais préceptes de jeu à leurs équipes.

Avec ce système, je ne vois que deux grands perdants :

  • La CAN ne bénéficierait pas de cette préparation supplémentaire, vu que les écuries Européennes ne lâcheront jamais leurs joueurs un mois de plus en pleine saison. Mais ça tout le monde s’en fout.
  • La FIFA et les diffuseurs, qui ne se feront plus de gros sous avec les 10-12 matchs annuels joués par les sélections (hors compétition). Et ça c’est grave, bien évidemment.

Sinon, un autre point est soulevé dans ton post @Mog, celui du boycott du Mondial 2022. Je ne vais pas m’étendre car on va très vite se retrouver hors-charte.
Je trouve simplement gerbant le défilé d’hypocrisie auquel on a assisté durant cette trêve, entre les t-shirts et les déclarations moisies de certains joueurs. Tout le monde a fait exprès de se réveiller bien trop tard, les appels au boycott existant depuis longtemps.
La situation est maintenant suffisamment enlisée pour que chacun se renvoie la balle et en attendant, tout le monde sera bien sur les pelouses Qataries dans un an.

Tout ce qui peut être fait désormais, ce sont des initiatives individuelles selon les sensibilités de chacun. A ce niveau, boycotter une compétition pourrie en plein hiver sera un jeu d’enfant en comparaison de mon boycott des matchs du Milan.

1 J'aime

Justement, à ce sujet, Guardiola a fait une intervention en tirant à boulets rouges sur l’UEFA et la FIFA pour dénoncer combien les joueurs sont soumis à rythme excessif en cette année particulière avec notamment son équipe qui n’a pas pu bénéficier de ne serait-ce qu’une semaine de repos.

Il a totalement raison, déjà en temps normal, on déplore des blessés en pagaille et des équipes à bout de force sous la pression des championnats à 20 équipes, des coupes d’Europe assez longues et intenses, des matchs internationaux puis des compétitions internationales.
Ici, avec une saison 2020 qui fini en août pour reprendre mi-septembre avec la prépa, sans compter toutes les absences ponctuelles du au covid, rien n’a été fait pour diminuer ne serait-ce que les matchs internationaux et on se retrouve avec une saison au rythme dément alors que les physiques sont usés à l’extrême. Et n’oublions pas que pour tout arranger, nous allons enchaîner sur l’Euro cet été…

Tout cela casse les joueurs, brise le jeu qui ne peut que baisser en qualité au fil des blessures/absences/usure physique sans compter que ça favorise d’autant plus au fil d’une compétition les effectifs les plus fournis donc les clubs les plus nantis qui peuvent cumuler qualité et quantité. Il n’y a qu’à voir en Serie A, l’Inter était sans doute l’effectif le plus fourni avec celui de la Juve et cela a influé aussi dans la course au titre qui s’est beaucoup jouée à la qualité du banc ainsi que la capacité à sortir au plus vite des coupes européennes… City aussi en PL/Europe a bénéficié de cela, etc…

Je sais que cette avalanche de matchs était destinée à toujours plus exploiter le produit football pour générer toujours plus de revenus en répondant à une demande qui était croissante à une époque mais au-delà de détruite ce sport, comme le disait @Krakow très pertinemment, je ne suis pas sûr que cette manière de penser soit toujours d’actualité tant le supporter se cale de moins en moins devant un match et va de plus en plus en se contenter de résumés youtube pour ne regarder que les meilleures actions.
Ainsi, il serait peut-être temps de revoir les calendriers avec un retour des championnats à 18 qui susciteraient peut-être plus d’intérêt car plus relevé en compétition au niveau du bas de tableau, limiter les matchs internationaux (on avait vraiment pas besoin de cette Ligue des Nations en plus), ne faire que des matchs à un tour dans toutes les Coupes nationales à tous les tours. Voila pour les prémisses auxquels je pense tout en sachant que pleins d’autres idées pourraient encore voir le jour.

Pour ce qui est de la digression intéressante sur les nouveaux modes potentiels de diffusion, les ligues nationales et les clubs ont vraiment intérêt à s’approprier les droits des compils des meilleurs moments des matchs qu’ils jouent pour mieux les vendre et les mettre en place car je pense que la consommation foot se fera de plus en plus ainsi.
Surtout que pour reprendre la Serie A, à part pour le Milan qui est notre club de cœur, combien sommes-nous à partir au bout de 20 minutes devant un match du championnat tellement c’est soporifiques pour finalement regarder rapidement sur youtube le résumé?
Je crois que le spectateur neutre actuel cherche plus à regarder les meilleurs moments et serait plus enclin à consommer un montage de tous les meilleurs moments des matchs de la journée pour vibrer comme devant un film que de se taper un seul match avec tous ses temps mort qui ressemble plus au making-off d’un film pour reprendre la même analogie.

P.S: désolé pour l’aspect brouillon du message, je le fais en même temps que mon boulot.

Personnellement je ne suis pas fan d’un spectacle saucissonné, il y a tellement de choses qu’on ne voit pas dans les résumés qu’il serait dommage de s’en passer.

On a pas tous la même sensibilité, certains préfèrent voir un contrôle gratuit derrière le pied d’appui de Neymar au lieu d’un tacle banal mais utile au milieu du terrain.

Je ne veux pas qu’on oriente ma compréhension d’un match.

2 J'aimes

A force ils finiront par légaliser les drogues douces dans le sport tant qu’aucune instance ne voudra perdre de l’argent même en temps de crise.

1 J'aime

Personnellement, comme toi, je préfère choisir une affiche qui me plait et la regarder en intégralité car un match est un scénario technique, tactique et psychologique qui se développe et pousse à l’analyse et au plaisir de ressentir des émotion en live. Mais faut l’accepter, nous faisons sans doute partie de la vieille école :sweat_smile:

Les rapports d’audience tendent à confirmer que la jeune génération consomme le football d’un œil en préférant voir un maximum de temps forts en peu de temps et que le phénomène de se poser 90 minutes dans son fauteuil pour regarder un match se raréfie, raison pour laquelle Gazdis théorise beaucoup sur l’intérêt de diffuser le football sur les smartphone et s’adapter aux nouveaux modes de consommation.
Au football de s’adapter en proposant les 2 formats mais si les ligues et clubs veulent regagner des parts de marché, il faudra s’adapter aussi aux nouvelles plateformes, à de nouveaux formats et à de nouvelles diffusions plus attractives avec plus d’intensité et moins de temps.

Désolé pour le HS en tout cas.

Au passage, petite a parte pour la CDM au Qatar, à titre personnel, je la boycotterai, entre le scandale de son obtention sur le plan éthique, ses stades climatisés qui sont une catastrophe écologique, le drame humain de la construction de ses stades, le chamboulement inédit des calendriers mondiaux pour la jouer et l’hypocrisie de nous autres occidentaux face à ça, même ma passion pour ce sport ne suffit pas à faire abstraction de tout cela.
Pourtant, j’appelais de tous mes vœux que cette compétition s’internationalise vraiment en allant au Moyen-Orient après avoir fait des pas encourageants en ce sens en étant allé aux USA en 1994, en Asie en 2002 (même si je la digère mal en tant que tifosi italien :sweat_smile: ), en Afrique en 2010 alors que jusque là, le football ne se cantonnait qu’à l’Europe et Amérique du Sud en allant à l’encontre de son internationalisation réelle. Il serait normal d’aller chercher à se rapprocher de toutes les zones géographiques mondiales mais pas à ce prix je trouve.

@Cardel
Tu as sans doute raison.
Pour ma part, je fais parti de ceux qui pensent que le dopage est inéluctable dans le sport de haut niveau et particulièrement dans le foot face à de tels rythmes.
Déjà dans les années 70’, 80’ et 90’ il y avait des affaires de dopage de masse qui se révélaient pour assumer un nombre de matchs et un rythme moindre, j’ai du mal à croire qu’avec l’intensité actuelle, même malgré des préparations physiques plus adéquats qu’à l’époque, le sport de haut niveau puisse être plus sain et qu’il soit possible d’échapper au dopage.

2 J'aimes

Pascal Boniface a fait une excellente video sur le sujet. Voici le lien : https://m.youtube.com/watch?v=Byyc_anxWgU

Il nous invite à reconsidérer certaines de nos certitudes pour comprendre le problème dans sa complexité.

Dans un contexte où les stades sont vides cela a pleinement son sens, mais je suis moins convaincu par ce changement de modèle dans un retour à la normale. Les stades sont quand même une source importante de revenus, et j’imagine mal réduire le nombre de matchs car cela aurait une incidence.

1 J'aime