Johan Cruyff le milanais

Dans la fantastique carrière de joueur professionnel de Johan Cruyff, débutée en 1964 et terminée en 1984, nous retenons surtout ses passages à l’Ajax Amsterdam et au FC Barcelone. C’est dans ces deux clubs qu’il a pu donner à voir un talent exceptionnel qui fera de lui le premier triple ballon d’or de l’histoire. Cependant, peu de personnes le savent mais Johan Cruyff a également porté les couleurs du Milan AC. La brève histoire du hollandais volant dans notre équipe se déroule en 1981 et dure … 45 minutes.

Nous sommes en juin 1981. La saison 1980-1981 vient d’être menée à son terme et en Serie A c’est la Juventus qui remporte le scudetto tandis que l’AC Milan termine premier de Serie B où nous avions été rétrogradé (avec la Lazio) un an plus tôt suite au scandale du Totonero.
Silvio Berlusconi, un entrepreneur italien de 44 ans (qui deviendra notre président en 1986) décide d’organiser un tournoi de football estival réunissant des équipes prestigieuses. Les clubs invités pour cette compétition sont l’Inter, Santos, Feyenoord, Peñarol ainsi que le Milan. L’objectif de ce tournoi est de promouvoir la chaîne « Canale 5 » dont Berlusconi est le président et qui diffusera les matchs.

En 1981, Cruyff a 34 ans et n’est plus que l’ombre du fantastique joueur qu’il a été. En effet, les très belles années du batave à l’Ajax et Barcelone sont désormais un lointain souvenir puisque ce dernier sort de deux saisons dans le faible championnat américain ainsi que d’un court passage de 6 mois en seconde division espagnole à Levante. Il n’a donc plus côtoyé le haut niveau depuis quelques années…

Néanmoins, le Milan lui propose dans le cadre du tournoi estival organisé par Berlusconi, de rejoindre l’équipe des rossoneri. Cruyff demeure malgré tout un joueur de prestige et Milan cherche à redorer son blason après une saison en Serie B. Le président de notre club à l’époque, Gaetano Morazzoni laisse même comprendre à Cruyff que si ce dernier réalise de bonnes performances durant le tournoi alors il se verra proposer un contrat chez nous.

Sans club et donc libre, Cruyff accepte l’offre milanaise. Lors du premier match, le triple ballon d’or est titularisé. Ironie du sort, le Milan affronte Feyenoord, club rival de son ancienne équipe l’Ajax Amsterdam où chaque année la confrontation entre les deux équipes donne lieu au Klassieker . Malheureusement, Cruyff montre sur ce match un piètre niveau et sort au bout de seulement 45 minutes, laissant sur le terrain la trace d’un joueur usé dont le génie s’est estompé à travers les années… Le hollandais quitte l’Italie dans la foulée, la tête basse et donc ne poursuit pas son aventure à Milan.

Pour la petite histoire, notre club connaîtra la saison suivante une année compliquée puisqu’avec une 14eme position (16 équipes à l’époque) nous serons relégués en Serie B. Un mal pour un bien puisque dans la division inférieure, nous ferons confiance à des jeunes comme Baresi, Tassoti et Evani qui participeront grandement à notre futur plus radieux.
Quant à Cruyff, après l’entrevue milanaise, ce dernier signe son retour à l’Ajax. Il y réalise de belles choses, inscrivant 20 buts en 52 rencontres. Toutefois, son contrat n’est pas prolongé en 1983, ce qui le rend furieux et le poussa à signer chez le club rival, le Feyenoord où il jouera une saison avant de prendre sa retraite en 1984.

Fort heureusement, ces 45 minutes à Milan ne reflètent pas la carrière de cet immense joueur qui deviendra par la suite un entraîneur génial.

J’en profite pour dire un joyeux anniversaire (un peu en retard) à Spag et Grandayzer ainsi qu’également souhaiter de bonnes fêtes de noël à tous les solomilanisti ! :slight_smile:

12 J'aimes

Qui a parlé un peu trop avant la finale de 1994 :smiling_imp:

2 J'aimes

L’arrogance batave qui leur coûte si cher.

1 J'aime

On aurait été bien inspiré de tenter de relancer Cruyff, surtout pour un club végétant en Série B, vu que Cruyff reviendra à un très bon niveau avec l’Ajax et surtout le Feyenoord par la suite.

Merci pour le partage @julchana3 :+1:

2 J'aimes

C’est quelque chose d’inné chez eux, et qui traverse les générations. J’ai rarement connu des sportifs bataves dépourvus d’arrogance. :smiley:

2 J'aimes

Merci Jul :slightly_smiling_face:

Excellent article sur une anecdote dont j’ignorais totalement l’existence :+1:
Un acte manqué vraiment regrettable car même un Cruyff en fin de carrière, quelle classe ça aurait été que de le voir joindre un petit morceau de sa légende à la légende milanista :heart_eyes:
Un peu aberrant de ne l’avoir jugé que sur 45 minutes pour se faire un avis définitif alors qu’au final, il avait encore 3 années de bon niveau dans le jambes vu rétrospectivement.

Je pense que l’enseignement intéressant à tirer de l’approfondissement de ces années étant les pires de l’histoire du club au début des années 80’, c’est que comme toute crise, bien souvent ça oblige au changement et à sortir des sentiers battus, ce qui est en général un acte fondateur sur lequel peut résider de grands succès par la suite.
Maintenant que nous renaissons d’une décennie calamiteuse, ce petit retour sur notre histoire peut offrir de grands enseignements donnant place à de grands motifs d’espoirs. Bien souvent, l’histoire est un éternel recommencement comme on dit.

1 J'aime

Rarement connu un néerlandais tout court dépourvu d’arrogance. :yum:

Effectivement, bien vu ! Cette période du début de la décennie 1980 était catastrophique. Entre l’instabilité de nos dirigeants, les scandales extrasportifs, les relégations, les difficultés financières, nous pouvons dire que nous sommes revenus de très loin puisqu’à la fin de cette décennie, nous étions devenus le meilleur club du monde (merci à Berlusconi qui reprend le club en 1986 avec la volonté d’en faire un mastodonte). Je suis convaincu que les moments de crise sont les périodes les plus optimales afin d’opérer des changements drastiques. Après une décennie 2010-2020 plutôt lamentable, nous avons su je pense amener le club vers une bonne direction et nous en constatons aujourd’hui les belles conséquences. En espérant que cela continue ainsi.

1 J'aime

Sauf quand Van Basten décide de mettre une reprise d’anthologie :heart:

1 J'aime

Ça c’est pas de l’arrogance mais du talent :sunglasses: